La remontée sur corde


Le canyoning, en général, c’est de la DESCENTE.
Mais parfois il faut savoir REMONTER sur sa corde.

C’est rarement une manœuvre préméditée :

  • on remonte pour aller aider un équipier en difficulté, voir en péril,
  • on remonte pour s’échapper d’un canyon en crue,
  • on remonte parce qu’on ne peut pas rappeler la corde,
  • on remonte parce qu’on ne peut plus descendre,
  • il arrive aussi qu’on remonte pour des raisons vraiment stupides.
    Typiquement : tout le monde est descendu, mais on a oublié un kit en haut, pendu au relais.

Le principe de la remontée sur corde est assez simple, il faut deux bloqueurs et une pédale.

  • un bloqueur est relié au pontet du baudrier, c’est le bloqueur « ventral ».
  • l’autre est en bout de longe longue, c’est la « poignée » ou « bloqueur de poing ».
  • la poignée est muni d’une cordelette ou sangle où on met les pieds : la « pédale ».

Le mouvement se décompose ainsi :

  1. assis dans le baudrier, pendu sur le bloqueur ventral, on remonte la poignée sur la corde, en accompagnant des pieds.
  2. en poussant sur les pieds et en s’aidant des bras, on se hisse au maximum sur le bloqueur de poing.
    Si besoin, on avale le mou sous le bloqueur ventral avant de se reposer dessus à nouveau.