La houle des Oules


Octobre, l’automne s’installe tranquillement, la fraicheur s’insinue doucement mais surement dans le quotidien, les canyonneurs rangent leur combi…

Hé non  !! Groooosss$$$$e blague ! C’est LA saison des canyon et pas n’importe lesquels, les canyons qui ne sont pas praticables quand justement il fait chaud et que le débit ressemble au Zambèze (google est ton ami si tu ne connais pas ^^).

C’est donc au vu de cette saison particulière que le choix du canyon s’est porté sur le bien nommé « Oules de Fressinière ». Autant vous dire qu’en lisant la fiche sur Descente Canyon on se fait calmer assez rapidement « Faut il le rappeler?… Les Oules sont réservées aux équipes entrainées au « gros bouillon » et aux manips de cordes… certainement un des + durs canyons de métropole« . Avec une cotation v5a6IV autant dire qu’on ne la propose pas en sortie initiation.

Nous voila donc un samedi matin à partir, 3 lutins nommés Renan, Bruno et Benoit en direction de la vallée de Freissinière (2h45 de route quand même). Certes avec un départ à 9h30 on y est pas de suite…Après donc 245 tournants, un col de passé, une vue sur la Meije, une route de secours, un arrêt ravitaillement à Briançon nous voila donc au parking de Dormillouse.

Bon c’est pas la fête niveau température et on est à l’ombre mais on voit que le canyon est tout au soleil !! Bruno nous calme assez vite « ça c’est Chichin, nous on va dans l’autre à gauche où y’a pas de soleil »…On mange nos victuailles pour se consoler maisqu’a cela ne tienne on va voir le débit depuis le pont : il ne faut pas que l’écume prenne plus d’1/3 de la vasque sinon c’est infranchissable, on peut s’aider d’une échelle à trous située en rive droite de la vasque, entre 1&3 trous c’est ok, de 3 à 4 c’est sportif ou très sportif, au-dessus de 4 c’est réservé aux experts qui connaissent très bien le canyon.

Là on est à 1-2 trous donc nickel. Nous voila partis dans une montée fort agréable, le soleil commençant à se montrer. Compter 45min et à la sortie du bois on descend à gauche vers le canyon dans des framboisiers (là y’en avait pas malheureusement).

On se change et on croise une équipe de 3 hauts-alpins (du 05 quoi)  qui ont eu la même idée que nous. Pour le topo celui de DC est vraiment complet, je vous le refait en version débit du jour.

On part donc devant et le début du canyon est top, une première petite desescalade dans un tobboggan casse-tibia puis on arrive devant un premier toboggan de 5m avec un drossage RG, vu le débit ça passe bien.

On arrive ensuite devant le T10, ici aussi pas de soucis vu le débit mais on voit qu’un drossage est présent à l’arrivée pile en face, qui doit être dangereux à fort débit.

On enchaine sur un T3 avec ici aussi un léger drossage en RD, évitable en sautant.

Suit une cascade de 5m où une corde fixe est présente pour s’aider à sauter, le bas de la cascade présentant un gros drossage RG.

On arrive ensuite sur une cascade-toboggan de 20m avec au départ une petite vasque tourbillonnante à éviter en RG par la pose d’une main courante et à l’arrivée de la C20 un drossage léger par ce débit mais violent par débit plus fort. 2 options, soit arrivés au bas de la cascade on enjambe le jet soit en descend RD et on traverse à la nage sous le jet.

Ensuite on arrive à une cascade de 10m (saut possible, sonder avant) puis un ressaut de 6m, saut obligatoire (j’ai failli manger mes genoux au passage ^^). Ensuite c’est pause Thé au menhir, parce qu’on est des papys et que y’a du soleil !

A partir d’ici on attaque la 2nd partie par une C5, que l’on a desecaladé (vasque engravée) puis une C8 où l’on peut sauter mais c’est un peu casse-gueule, on a préféré le rappel.

On arrive dans une vasque suspendue et au fameux toboggan en S qui se déroule en 2 temps: un T1 où ça rappel fort en cas de gros débit, pour nous c’était marrant, puis un T4 avec un tournant sévère à l’arrivée, on a préféré sauter.

On arrive ensuite dans une vasque déversante assez large d’où l’on sort RD vers des arbres, on a sauté depuis les arbres après avoir sondé.

On enquille ensuite un toboggan et on arrive dans une nouvelle vasque suspendue avec la première MC cablée en RG.

On est en haut de la C22 que l’on descend donc en RG avec une déviation sur un arbre (on peut faire C10+ saut 12m).

On arrive dans une nouvelle vasque suspendue, on fait bien gaffe à passer en RG et on atteint délicatement la MC cablée (sinon c’est saut de 60m…) et on arrive donc au clou du spectacle, la C60 avec le « coup de canon » !

Très impressionnant on attaque par une C25 pour arriver au relai juste au dessus du geyser. Ensuite c’est parti pour un rappel de 30m en passant à côté du geyser, on s’arrête en mode touriste pour faire des photos, c’est top !! On arrive en bas sous une pluie type mousson avec une MC à poser…merci Benoit ! Il en profite pour enchainer la seconde MC multipoints technique, re-merci benoit ^^ ! On attaque donc la MC puis la C18 qui suit, depuis le bas la vue est impressionnante, on voit bien le geyser.

On continue par une MC cablée RD qui permet d’arriver à un rappel de 17m.

On arrive ensuite sur une vasque suspendue que l’on a franchit par un toboggan à sec en RD puis on enchaine avec un rappel de 3m avec arrivée dans une nouvelle vasque suspendue.

On sort en RG et on a une MC à poser en RG pour passer une C20 avec déviation à -5m. Je m’occupe de descendre le dernier et réalise une magnifique déviation largable…qui va lamentablement échouer lors du rappel de corde, la corde de descente venant s’enrouler autour du mousqueton…ce qui m’offre la magnifique possibilité de réaliser une remontée sur corde.

On arrive finalement à la dernière cascade C20, on rejoint le relais par une MC en RD.On remonte ensuite par un chemin en RG.

Petit retour au parking et il est déjà 18h30 ! Nous voila reparti pour de la route mais ravis d’avoir pu faire ce canyon mythique sans se faire peur avec ce débit. On pense déjà aux autres canyons de ce type que l’on va faire ^^

 

Laissez un commentaire